Mathieu demande le retour de son fils de 9 ans enlevé vers l’Allemagne

Depuis quelques jours, la presse Tourangelle partage l’histoire de Mathieu Jolly, dont le petit garçon a été enlevé par son ex compagne allemande.

Les faits sont sans appel et le juge doit ordonner le retour de l’enfant en France auprès de Mathieu, sur la base de la convention de La Haye du 25 octobre 1980 et du règlement « Bruxelles II bis ».

Or il est d’usage pour les juridictions allemandes, lorsqu’elles ne peuvent faire autrement que de reconnaître qu’il y a bien eu enlèvement, de prétexter mille et une raisons toutes plus fantaisistes les unes que les autres pour ne pas renvoyer les enfants enlevés, dans leur pays d’origine.

C’est pourquoi Mathieu a par ailleurs contacté Sabine Thillaye députée franco-allemande d’Indre-et-Loire et présidente du bureau de l’Assemblée franco-allemande créée cette année.

Cette assemblée a notamment pour mission de « formuler des propositions sur toutes questions intéressant les relations franco-allemandes » et il est urgent qu’elle se saisisse de cette affaire et des cas d’enlèvements franco-allemands.

Mathieu JOLLY compte donc beaucoup sur le soutien de sa député, d’autant qu’elle est elle-même née à Remscheid en Allemagne et qu’elle ne peut méconnaître la particularité du système allemand.


Article d’Olivier Brosset, paru le 14/10/2019 sur le site de La Nouvelle République

Tours : contraint de déposer plainte pour enlèvement international

Mathieu se bat pour revoir son fils de 9 ans, actuellement en Allemagne chez sa mère contrairement à ce qu’ils avaient convenu. © Photo NR

Que faire lorsque son enfant est retenu en Allemagne alors qu’il était convenu que celui-ci devait alterner les années scolaires de part et d’autre du Rhin ?


Ces situations d’un enfant pris entre ses deux parents sont toujours douloureuses. C’est celle que connaît désormais Mathieu, 44 ans, père d’un garçon de 9 ans qui vit aujourd’hui chez sa mère à Hattigen (Allemagne), entre Düsseldorf et Dortmund.

Hanna (*) et lui se sont connus lors d’une rencontre européenne de samba à Mayence (Mainz) en Rhénanie-Palatinat. C’était en 2007. A la faveur de plusieurs festivals, Mathieu et Hanna se retrouvent, jusqu’à envisager de partager leur vie. L’arrivée de leur enfant – que nous appellerons Vincent (*) , en avril 2010, s’accompagne d’un rapprochement plus durable.

Après l’accouchement en Allemagne, Mathieu, Hanna, Vincent et la fille aînée de Mathieu (âgée de 14 ans et demi aujourd’hui) choisissent de s’installer à Tours. Une vie à quatre commence. Se poursuit à Saint-Avertin. Vincent est alors à l’école primaire Christophe-Plantin.

Cette vie durera six ans, avant que le couple ne décide, d’un commun accord, d’une séparation en douceur. Dans l’intérêt de l’enfant – et parce que Hanna s’entend bien avec ses beaux-parents (eux aussi séparés) et qu’elle a tissé un solide réseau d’amis – la proximité géographique est conservée.

De juin 2016 à juin 2018, un système de garde alternée est mis en place d’un commun accord et fonctionne à la satisfaction générale. Pourtant, dès février 2018, Hanna évoque l’éventualité de retourner en Allemagne avec Vincent.

Les parents en discutent, voient avec l’école ce qu’il est possible de faire, partagent des retours d’expériences. Et décident finalement, jusqu’aux 12 ans de Vincent, d’alterner les années scolaires : la rentrée 2018-2019 en Allemagne, la suivante en France, etc. Avec des efforts en mathématiques et en langues (selon les programmes respectifs), les enseignants donnent leur aval.

Les vacances scolaires passées en France ainsi que le séjour auprès de son fils entre Noël et Pâques (les petits Allemands n’ont pas de vacances scolaires en février) suffisent à peine à combler un vide certain. D’autant que Vincent doit apprendre la langue, se faire des amis, s’habituer au rythme scolaire, au non-mélange des garçons et des filles à la récré…

Même s’il habite la même – grande – maison que ses grands-parents, il exprime le désir de rentrer en France (ou de ne pas retourner en Allemagne à la fin des vacances dans l’Hexagone). La téléphonie, heureusement, permet de conserver une certaine proximité avec son père (et sa grande sœur).

En juin 2019, Mathieu fait comme prévu les démarche pour inscrire Vincent à l’école Christophe-Plantin. La perspective de revoir Vincent le 20 juillet aide à patienter encore. Hélas !, le 12 juillet… Hanna décide de ne pas renvoyer Vincent chez son père. Faisant fi de l’arrangement amiable, elle décide même de demander la garde exclusive de l’enfant… sachant que les probabilités sont fortes que la justice allemande lui soit favorable.

Sidéré, Mathieu décide de se battre. Il fouille sur la toile, trouve et contacte l’Association enfants otages (basée à Rouen), « créée par des parents dont les enfants ont pour point commun d’être nés d’une union franco-allemande qui a mal fini et qui s’est alors très vite transformée en cauchemar ».

Rapidement, on lui confirme : « Vous êtes victime d’un enlèvement international ». Il dépose plainte pour enlèvement à la gendarmerie de Montlouis qui va transmettre au procureur de la République. Il s’organise, entre en relation avec divers avocats pour finalement retenir celui qui va l’assister ce 23 octobre 2019 devant le tribunal de Hamm (Allemagne).

Un combat juridique s’est engagé. Malgré la décision du Parlement européen du 29 novembre 2018 de voter une résolution adressée à la Commission reprenant les nombreuses critiques émises à l’encontre du Jugendamt (l’administration de la jeunesse) à propos des innombrables cas d’enfants restés sur le sol allemand, Mathieu sait qu’il va être compliqué et risque de laisser des traces.

(*) Prénoms modifiés.

à noter

Dans la résolution du Parlement, l’Allemagne est épinglée pour sa conception très particulière de « l’intérêt supérieur de l’enfant »… les autorités allemandes compétentes interprétant systématiquement cet impératif de protection… comme étant la nécessité que l’enfant reste sur le territoire allemand. Pour l’aider dans sa démarche, Mathieu lance une cagnotte.

3 raisons de regarder le documentaire « Déchirures de familles »

Article de Sophie Gueffier, publié le 24/05/2019 sur le site France 3 – Grand Est

Lors d’un divorce qui implique un parent allemand, la justice lui accorde toujours la garde des enfants. Ce qui s’apparente à un scandale, soulève des questions sur l’Union Européenne. Déchirures de familles tente d’y répondre. Voici 3 bonnes raisons de le regarder, lundi 27 mai, après le Soir3.

La déchirure des enfants issus de couples binationaux divorcés. © France Télévisions / 2 Caps Production

Pense-t-on aux difficultés d’un divorce lorsque l’on construit sa vie avec une être cher? Pense-t-on que la frontière, même abolie par les accords de Schengen, puisse devenir une difficulté supplémentaire en cas de divorce? Imagine-t-on que notre situation familiale puisse devenir le jouet d’une institution ?

Alors que les élections européennes battent leur plein, est-il concevable que l’Union ne protège pas égalitairement les droits parentaux des citoyens divorcés ?

Voici trois bonnes raisons de regarder le documentaire « Déchirures de familles » de Françoise Schöller et Christophe Busché diffusé ce lundi 27 mai après le Soir 3.

1 – Compatir au chagrin des parents.

C’est au travers des témoignages de Séverine, Christophe et Joseph que nous découvrons l’injustice de leurs situations. Leurs parcours, pourtant différents, suivent le même schéma: une rencontre amoureuse avec un ou une allemande, le désir d’enfant, la vie commune et la rupture. Avec pudeur et discrétion, nous pénétrons dans l’intimité de chacun, pour découvrir le vide laissé par l’absence de leur enfant.

Joseph n’a pas le courage de retirer la petite maison qu’il a construit pour sa fille. © France Télévisions / 2 Caps production

Ainsi Joseph a calfeutré la chambre de sa fille. Il a tout laissé en l’état, rien n’a bougé depuis la dernière fois où elle s’y trouvait. La jolie cabane qu’il a confectionnée de se mains ne voit plus passer son unique habitante.

“Ça fait sept mois que je n’ai pas vu ma fille. J’espère qu’elle va revenir de temps en temps chez Papa. Je reste son papa. – Joseph, de Hilsprich en Moselle”.

Ce qu’ils ont en commun ces trois parents, c’est leur force et leur courage. Leur capacité à mettre leurs propres vies entre parenthèses pour faire valoir leur droit fondamental à voir et à vivre avec leurs enfants. Car c’est un combat de tous les jours qu’ils mènent contre les institutions allemandes, dans l’indifférence générale.

“J’ai l’impression d’avoir perdu ma vie depuis huit ans. – Christophe, de Forbach en Moselle”.

2 – Tenter de comprendre un système qui nous dépasse.

Séverine et ses parents sont encore sous le choc que leur a fait subir la justice allemande.

“C’est inimaginable que le premier pays européen agisse comme ça. – Monique Breit, grand-mère de Raphaël, de Kerbach en Moselle”.

Leur histoire est révoltante. Raphaël est scolarisé dans l’école de leur village mosellan. La maman, française reçoit une convocation de la justice allemande. Elle doit se présenter avec son fils, le jour même de ses cinq ans. À l’issue d’une audience, qu’elle juge, pliée d’avance, on lui retire son fils « sur siège », c’est-à-dire immédiatement. L’enfant, arrivé au tribunal avec sa mère française, en repart avec son père allemand. La violence d’une telle situation reste un traumatisme pour l’ensemble de la famille française.

Raphaël, arrivé de France avec sa maman et son petit sac à dos, a quitté le tribunal allemand avec son papa. © France télévision / 2 Caps Production

Si elle veut conserver son droit de garde, la justice allemande oblige Séverine à résider en Allemagne.

La justice allemande n’est pas à une contradiction près. Une juge aux affaires familiales explique: « Il faut bien réfléchir avant de changer le lieu de résidence d’un enfant ».

“Notre principe de base et celui de la continuité: si l’enfant a vécu longtemps en Allemagne, il est préférable qu’il y reste. – Katrin Reck, juge aux affaires familiales au tribunal d’Offenburg en Allemagne”

Pourtant le petit Raphaël était bien scolarisé en France…

L’avocat Grégory Thuan dit Dieudonné évoque « des constantes dans ces affaires: une certaine mauvaise foi de la part des autorités allemandes dans la gestion des dossiers: par exemple les délais extrêmement courts, ou encore le manque de traduction des documents de justice » , délais et traductions manquantes qui laissent les parents français démunis face à un système qui les dépasse.

Et le système judiciaire allemand se sent d’autant plus légitime dans ses choix, qu’elle est conseillée par une autre institution fédérale forte: le Jugendamt. L’administration en charge de la protection de l’enfance. Un journaliste allemand, qui a pu assister à des entretiens entre les agents du Jugendamt et des parents étrangers affirme que « leurs déroulements étaient à la limite de l’indigne: on maltraite les parents non allemands ».

Une histoire de pot de terre contre le pot de fer.

3 – Reprendre confiance dans les institutions.

L’avocat poursuit:

“Ça remet en cause le principe de confiance mutuelle, fondamental dans la construction européenne. – Grégory Thuan dit Dieudonné, avocat”.

Séverine a choisi de se battre, de témoigner devant une commission du Parlement Européen. À ses côtés, le député Edouard Martin réclame à l’Allemagne un état des lieux des cas de divorces binationaux afin d’évaluer « le nombre de parents non allemands qui ont obtenu gain de cause ». En vain.

Pourtant, le 28 novembre 2018, la résolution sur le rôle des judendamt dans les litiges familiaux est votée.

“Le parlement européen a dénoncé avec force les multiples dysfonctionnements (…), a rappelé à l’Allemagne ses obligations internationales, a rappelé le rôle d’assistance et de protection que les autorités consulaires peuvent jouer auprès des parents. – Grégory Thuan dit Dieudonné, avocat”.

Joseph, lui, va se rendre à toutes les visites accordées, sous l’autorité du Jugendamt. Même si elles sont compliquées par la présence des psychologues. Quant à Christophe, il a été contraint d’accepter un traitement médical pour son fils et n’a qu’une hâte: que celui-ci soit majeur et qu’enfin, il soit libre de venir le retrouver.

Christophe : « on se dit que le cauchemar va s’arrêter un jour ». © France Télévisions / 2 Caps Production

Elections européennes, « Certains d’entre nous changent les plans »

A l’occasion des élections européennes du 26 mai, le Parlement européen a publié la vidéo suivante sur youtube.

Les enfants y sont utilisés pour encourager les électeurs à voter pour des partis en faveur de l’Union européenne, avec cette mauvaise habitude de leur faire dire ce que les adultes veulent entendre.

Les associations qui luttent depuis des années pour les droits des enfants binationaux et non allemands en Allemagne, qui sont systématiquement privés de leurs parents (ou du moins de leur parent non allemand), considèrent qu’on devrait corriger ces déclarations (pour cela le texte a été modifié).