Patrick et Elvin

Elvin est un petit garçon européen franco-allemand, né à Toulouse le 2 février 2003...

Son papa s’appelle Patrick, il est européen français...

Sa maman s’appelle Natalie, elle est européenne (enfin, on le croyait) mais surtout allemande...

La famille faisait partie de la communauté allemande installée en région toulousaine autour du pôle aéronautique censé représenter la réussite de la coopération européenne...

Natalie a quitté Patrick brusquement le vendredi 13 décembre 2002, après 22 mois de vie commune, alors qu'elle était enceinte de 7 mois, et au lendemain d’une échographie qui s’était merveilleusement bien passée, et où le papa et la maman avaient pu voir sur l’écran un beau petit bébé qui suçait son pouce en remuant doucement.

Dès que Natalie a eu franchi la porte de la maison de ses parents, il n’a plus été possible pour Patrick d’avoir de ses nouvelles, ni d’elle, ni de sa grossesse. Il lui a été dit qu’il ne devait plus appeler, que l’enfant appartenait désormais à la famille et à  la nation allemande.

Le 29 décembre 2002, alors que Patrick téléphonait pour proposer à Natalie une rencontre à l'occasion du Nouvel An, celle-ci, entourée de toute sa famille dans sa maison de la banlieue toulousaine a refusé toute conciliation en affirmant « cet enfant est à NOUS, tu ne l'auras JAMAIS ».

Dès le lendemain de cette déclaration folle et monstrueuse (sachant que les droits du père ne sont pas d'AVOIR l'enfant, mais tout naturellement de le voir et de l'aimer), Patrick est allé en mairie faire une reconnaissance en paternité prénatale pour l’enfant à naître de Natalie.

Toutefois, des ondes mystérieuses ont dû passer entre le fils et le père car Patrick a eu un pressentiment quatre jours après la naissance du bébé et il est allé à l’état-civil de Toulouse où il a appris que son fils avait été déclaré « de père inconnu » afin qu’il porte le nom de la famille allemande.

Depuis, la vie de Patrick est un enfer car les autorités allemandes, bien que dûment averties de l’état-civil réel d’Elvin, qui a été rectifié par décision administrative du tribunal d’instance de Toulouse, refusent de prendre en compte les décisions françaises et soutiennent la famille allemande dans tout ce qu’elle commet :

  • Fausses déclarations à l'état civil français
  • Fausses déclarations au consulat d'Allemagne à Bordeaux pour faire établir pour Elvin un Kinderausweiss selon lequel il est exclusivement allemand et n'a pas de père
  • Déplacement illicite (on peut dire « enlèvement ») d’Elvin en Allemagne depuis le 2 avril 2003 pour le soustraire au père et à la justice française
  •  
  • Refus de laisser le père exercer son droit de visite pourtant obtenu en première instance (30 septembre 2003) et confirmé en appel (22 juillet 2004)

Il est très intéressant et utile de noter que tout ceci se passe « au nez et à la barbe » de la justice française qui assiste avec une impuissance complaisante aux manœuvres éhontées de la famille restée en France...

Visitez son BLOG