Conférence du 12 décembre 2012 au Parlement Européen : Espoir ou déception ? (01. Ouverture)

Il semble que les organisateurs de cette conférence dont Marinella Colombo, Monsieur Niccolò Rinaldi, Madame Erminia Mazzoni et Madame Cristiana Muscardini aient rencontré quelques « difficultés » pour mettre en place cette rencontre et à ce titre, nous les remercions pour le mal qu'ils se sont donnés.

Nous remercions également les intervenants dont certains comme Philippe Boulland (France) ou Cristiana Muscardini (Italie) tous deux députés européens qui soutiennent notre cause depuis longtemps déjà.

Parmi les difficultés rencontrées, citons notamment la volonté de l’allemand Monsieur Martin Schulz, Président actuel du Parlement, de faire retirer le logo du Parlement européen des invitations qui avaient été préparées. Il serait d’ailleurs intéressant de connaître la raison qui a motivé cette demande.

Notons également, avant de rapporter ce qui s’est dit lors de cette conférence, qu’il est dommage qu’aucun député allemand n’ait pu se rendre disponible pour y assister. Toutefois, deux assistants étaient présents pour prendre des notes et ne sont à aucun moment intervenus. Nous saluerons donc encore une fois le sens des responsabilités et le goût du travail bien fait des allemands qui a fait la réputation de ce pays. Mais c’était, à notre avis, inutile d’engager des dépenses pour cela car bien entendu, un rapport aura dû être remis aux intéressés.

En tout état de cause, à une présence allemande « virtuelle », nous aurions préféré une présence réelle qui aurait permis de véritables échanges au cours desquels, les parents non allemands eux-mêmes, forts de leurs expériences personnelles, auraient pu  donner une autre couleur au débat. En effet, qui d’autres auraient été mieux placés que ces parents pour témoigner ? Lors de litiges entre patrons et salariés, ce sont bien ces mêmes personnes qui se retrouvent autour d’une table.

A cet égard, nous avons trouvé judicieuse la proposition de Madame Colombo d’inviter des parents lorsqu’une autre délégation européenne se déplacera à Berlin comme en novembre 2012 ou lors de toute autre rencontre, réunion ou assemblée sur le thème du droit familial, du Jugendamt  et des pratiques administratives dans ce domaine en Allemagne.

Madame Cristiana Muscardini a ouvert la séance en précisant qu’il ne s’agissait pas d’une guerre contre quelqu’un, mais de la nécessité de trouver une solution après des années de travail sur un problème grave et complexe [i].

Poursuivre avec l'intervention de Madame Flo Clucas (Royaume Uni)

 


 

[i] Faute d’interprète en début de conférence, Madame Muscardini qui a dû s’exprimer en Français (merci à elle), a employé les mots « problèmes lourds »