Intervention de l'eurodéputée Cristiana Muscardini en session plénière au Parlement Européen

Monsieur le Président,
Chers collègues,

Il est paradoxal qu'en 2014 on doive encore parler de la non mise en œuvre, et de la part d'Etats membres de l'Union, de ces valeurs de démocratie et d'Etat de droit qui auraient dû constituer le fondement de l'intégration européenne. Les lacunes existantes sont encore nombreuses : en Italie il existe toujours des prisons où sont enfermés des milliers de détenus dans des conditions inhumaines.

En Allemagne, dans la grande Allemagne, il existe toujours des établissements comme le Jugendamt aux dépens de la liberté et des droits des enfants de couples binationaux et des droits des deux parents. L’Europe a ouvert les frontières aux marchandises, mais certains pays les ont fermées pour les mineurs.

Peu de pays ont souscrit à la Convention d'Istanbul contre la violence à l'égard des femmes, des mineurs et des personnes âgées ; et les Etats n'ont pas tous accepté de demander à leurs agents de police d'utiliser des numéros d'identification. Nombreuses sont les questions ouvertes en termes de droits civils, de protection des réfugiés et de liberté d'expression. Au-delà de nos frontières, des hommes et des femmes combattent pour avoir ces droits qui leur ont été niés et en Europe aussi il devient toujours plus nécessaire de garantir qu'on ne doive plus négocier pour les droits fondamentaux et il faut aussi une Charte Commune des Droits des Institutions envers les citoyens et des citoyens envers les Institutions.

Vidéo de son intervention en italien :